Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer
Retour
Dominique SIMON
30 avril 2021
Enfin retrouvés

Enfin retrouvés

Mars 2021, « les soixante-quinze feuillets » de la première version d’un des plus grands romans de la littérature française sont publiés aux éditions Gallimard. Il a fallu attendre la mort de l’éditeur Bernard de Fallois en 2018 et le legs des manuscrits qu’il possédait à la Bibliothèque nationale pour enfin retrouver ces textes que les proustiens attendaient.

C’est Nathalie Mauriac Dyer, directrice de recherche à l’ITEM qui est à l’origine de cette découverte. À la mort de Bernard de Fallois, en dressant l’inventaire des archives de l’éditeur, elle retrouve le texte dans une simple pochette. Ce sont de grandes pages. Elles font 36 cm de long et 23 cm de large, beaucoup plus grandes que des feuilles courantes. Ce sont des feuillets très imposants.

« On est en 1908, Proust n'écrit pas encore dans des cahiers. Les cahiers viendront quelques mois après qu'il a abandonné les "soixante-quinze feuillets". Peut-être que c'était, dans son esprit, une manière de mettre au net quelque chose qu'il avait déjà commencé. Mais comme il est Proust, cela redevient très vite du brouillon et des pages très raturées. Il n’y a pas encore ces paperolles - grandes bandes de papier, qui sont en fait des papiers collés les uns aux autres - sur lesquels Proust fait ses ajouts, plus tard, dans ses cahiers. On a découvert tout de même la petite trace d’un collage sur un des derniers feuillets. Mais là, Proust est encore dans une écriture, je dirais, très lancée. La "paperolle" n’arrive qu’au stade de la relecture et ne se systématise que pendant la Grande Guerre. Ces feuillets-là, Proust ne les a pas tant relus que réutilisés, réinjectés. Il y a aussi trois petits croquis, discrets : un profil féminin, un dessin abstrait d’une tour et une église. Proust dessinait souvent des églises (1). »

Nathalie Mauriac Dyer, directrice de recherche, est responsable de l’équipe Proust à l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM), dirigé par Paolo D’Iorio, une unité de recherche du Centre National de la Recherche Scientifique et de l’École normale supérieure (UMR 8132 CNRS / ENS) qui se consacre à l’étude de la genèse des œuvres de l’esprit à partir des traces empiriques laissées au cours du processus créateur.

La génétique des textes qu’est-ce que c’est ?

Reprenons l’exemple de Proust : « Longtemps je me suis couché de bonne heure », cette première phrase si simple du volume publié en 1913 est restée incertaine, mobile et précaire jusqu’à la dernière épreuve, où Proust la modifiait encore…Ce travail de création n’est plus reconnaissable dans l’œuvre publiée. C’est là qu’intervient le travail de l’équipe Proust dirigée par Nathalie Mauriac. L’exploration des carnets, des documents de travail, des notes, des brouillons de l’écrivain est la contribution majeure de la génétique des textes. Elle est une des ressources fondamentales pour la compréhension de son œuvre.

Découvrir le site de l’ITEM

Consultez également
Concours de la Nouvelle George Sand

Concours de la Nouvelle George Sand

Le concours de la Nouvelle George Sand a été créé en 2004, en hommage à l'oeuvre de George Sand...

5 novembre 2021
Le papyrus dans tous ses Etats

Le papyrus dans tous ses Etats

Gratuite et destinée à tous les publics, elle rassemblera dans le grand foyer du Collège de...

16 septembre 2021
Europa : le mythe comme métaphore

Europa : le mythe comme métaphore

C'est le titre de la Leçon inaugurale d'Alberto Manguel (chaire annuelle : invention de...

15 septembre 2021
Fusion nucléaire : Central Solenoid

Fusion nucléaire : Central Solenoid

Actualité du programme ITER Conçu pour démontrer la faisabilité scientifique et...

14 septembre 2021
Quelques nouvelles de Corse…

Quelques nouvelles de Corse…

. La médaille de l'innovation du  CNRS dans les filets de l’Université de Corse ...

Fabrice BONARDI
30 avril 2021
Découvrir le canal des Alpines

Découvrir le canal des Alpines

L’association des Amis du Canal des AlpinesAlors qu’en été une grande partie de la France est...

Marie-Gabrielle SCHWEIGHOFER
30 avril 2021