Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Activités

Les Petits-déjeuners de la science et de l'innovation sont une initiative conjointe de l'Association française pour l'avancement des sciences (AFAS), la Société d'encouragement pour l'industrie nationale (SEIN) et notre association. Ils sont l'occasion de débattre entre scientifiques, entrepreneurs, décideurs et journalistes scientifiques.

Les conférences suivies d'un débat se tiennent à l'Hôtel de l'industrie, 4 place Saint-Germain des Près pour la plupart du temps l'horaire est de 8 heures 30 à 10 heures. Les Petits-déjeuners sont ouverts à nos adhérents. Attention le nombre de place étant limité, il est indispensable de s'inscrire quinze jours avant la date de la manifestation.

Attention des conférences organisées par les trois associations peuvent se dérouler à des heures différentes !

 

Contacts  : Fabrice Bonardi, Gérard Coutin

 

.

 

Séance  du jeudi 15 février 2018 - Les micro-drones : une révolution  pour l'aéronautique avec Henri Seydoux, président fondateur de la société Parrot

 

Les micro-drones : une révolution pour l’aéronautique
 
 

Parrot a lancé son premier quadricoptère, l’AR.Drone, en 2010. Né du constat qu’il n’existait pas de jouets bâtis autour d’un microprocesseur puissant et dotés d’une caméra vidéo, cet « engin » volant connectable à un iPhone a été le tout premier micro-drone commercialisé à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires.
Entre 2010 et 2017, le marché des micro-drones est passé de 0 à 3 milliards de dollars. Les choses vont vite, très vite dans la high-tech !
L’enjeu actuel est de bâtir une nouvelle industrie et Parrot cherche à créer une nouvelle branche de l’industrie aéronautique autour d’une formule technologique au potentiel époustouflant : le quadrocoptère !
Concevoir des quadrocoptères pour les pompiers, les agriculteurs, les géomètres, les chefs de chantiers, les forces de sécurité, les chefs opérateurs de télévision et du cinéma… à partir de drones grand public dont les performances futures étonneront tout le monde.
Pour Parrot, ce qui compte, c’est se développer et d’innover dans cette course dont les enjeux sont mondiaux et dont les géants viennent habituellement des Etats-Unis et maintenant de Chine.
Le marché croît à toute vitesse et c’est un terrain magnifique pour l’éternelle startup qu’est Parrot !

 
Biographie vidéo de l’intervenant

Intervention vidéo de Cédric Villani pour la remise du prix Chaptal 2017 à Henri Seydoux

 
S’inscrire

 

 

 

Séance du 18 janvier 2018  : Déconstruction des centrales nucléaires : une expertise clé pour EDF avec  Bertrand Martelet, Directeur Développement et Services, Direction des Projets Déconstruction et Déchets d’EDF

La déconstruction est une étape normale de la vie d’une centrale nucléaire. EDF assume l’entière responsabilité de la déconstruction de ses centrales sur le plan financier, technique et réglementaire.
EDF mène actuellement neuf chantiers de déconstruction en France et dispose d’une expertise unique en matière de déconstruction, portant sur quatre technologies différentes. A Chooz, dans les Ardennes, EDF démontre sa capacité à déconstruire un réacteur comparable à ceux actuellement en exploitation en France, en 15 ans à compter du décret autorisant le démantèlement : le chantier de démantèlement de la cuve, ultime étape avant l’assainissement total du site, est en cours.
Ces chantiers de déconstruction sont conduits avec les mêmes exigences et les mêmes contrôles en matière de sûreté, de sécurité des intervenants et de respect de l’environnement que l’exploitation des centrales nucléaires en fonctionnement.
EDF s’assure de la disponibilité des filières de gestion des déchets générés par ces chantiers : les déchets conventionnels (80% des déchets) sont recyclés dès que cela est possible et les déchets radioactifs sont envoyés dans un centre d’entreposage ou de stockage géré par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Le marché mondial du démantèlement (110 réacteurs actuellement arrêtés, 200 autres réacteurs arrêtés d’ici 15 ans) représente une opportunité pour EDF (et plus largement pour toute la filière nucléaire française) de faire valoir son expertise. Pour se positionner sur ce marché, EDF s’appuie sur sa filiale Cyclife, qui possède des actifs industriels de traitement de déchets en France, en Suède et au Royaume-Uni.
 
 
Bertrand Martelet est directeur Développement et Services au sein de la Direction des Projets Déconstruction et Déchets, créée en 2015. Il supervise les activités de développement international d’EDF dans les activités de déconstruction et de gestion des déchets radioactifs. Il dirige les filiales EDF Cyclife & Socodei, qui disposent d’actifs industriels de traitement des déchets en France, Suède et Royaume-Uni.
Ingénieur diplômé de l’ENSTA, Bertrand Martelet a rejoint EDF il y a 25 ans. Il a assuré différentes responsabilités au sein d’EDF, notamment à la tête d’un groupe de recherche sur la modélisation de la mécanique des fluides pour les réacteurs à eau pressurisée, et dans des fonctions corporate d’audit et de marketing. Il a dirigé le département des offres pour le marché « particuliers » puis le centre d’ingénierie d’EDF pour la déconstruction et l’environnement, avant de rejoindre la Direction des Projets Déconstruction et Déchets.

 

 

 

Conseil design : une belle page est une page simple. Evitez d'ajouter trop de couleur et de jouer avec les tailles de police.

Retrouver les vidéos des "Petits-déjeuners"

 

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus