Menu icoMenu232White icoCross32White

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer
Retour
Yvan SEGUI
16 mai 2022
Déambulation dans l'univers des femmes scientifiques (26 avril 2022)

Déambulation dans l'univers des femmes scientifiques (26 avril 2022)

26 avril 2022 – campus Rangueil - Université Paul Sabatier, Toulouse

Le mardi 26 avril, par une belle matinée printanière, un petit groupe de l’A3 est parti, sous la conduite de Martine Knibielher et Domique Morello (Biologistes) de l’Association Femmes & Sciences, déambuler dans le Campus de l’Université Paul Sabatier, le long de voies nouvelles qui portent le nom de 7 personnalités de scientifiques féminines, longtemps restées invisibles. Ce périple a été l’occassion de parler de la place des femmes dans la science d’hier et d’aujourd’hui et de découvrir quelques-uns des centres de recherche d’envergure internationale situés sur le campus en évoquant les disparités qui existent encore entre les femmes et les hommes scientifiques. A chaque étape de ce périple, une femme scientifique a été honorée et les laboratoires de son domaine scientique, évoqués :

Hypatie d’Alexandrie (355/370-415) – Astronome, Mathématicienne et Philosophe.

Hypatie est une femme grecque qui a vécu à Alexandrie en Egypte. Remarquée pour ses enseignements et ses talents en mathématiques, elle instruit des philosophes dans l'art de construire des astrolabes et des hydromètres. Elle a une influence politique considérable.

Laboratoire en Sciences de l’Univers : l’Observatoire Midi-Pyrénées regroupe près de 400 statutaires. Les femmes y représentent environ 40% des effectifs mais les chercheuses et ingénieures n’y représentent plus que 25 à 35% des effectifs.

Rosalind Franklin (1920-1958) – Physico-chimiste

De 1947 à 1950, elle travaille en France, dans le laboratoire central des services chimiques de l’état ou elle devient spécialiste de la cristallographie aux rayons X. Elle réalise plusieurs radiographies de l'ADN (acide désoxyribonucléique), ces clichés sont déterminants pour la découverte de la structure en double hélice de l’ADN. En 1962, Watson, Crick et Wilkins reçoivent le Prix Nobel de physiologie ou médecine pour la découverte de la structure de l'ADN, Rosalind n’est que brièvement mentionnée lors de cette remise de prix (*).

Les laboratoires de Chimie du campus regroupent plus de 650 personnes avec environ 40% de femmes dans les catégories Chercheur.ses/Enseignant.es-Chercheur.ses et plus dans les fonctions support tels que l’administration.

Huguette Delavault (1924-2003) – Mathématicienne

Agrégée de Mathématiques en 1952 elle a commencé sa carrière au CNRS puis après un doctorat d'Etat elle a fait une carrière universitaire à Caen puis à Rennes en tant que professeure. Elle s’est fortement engagée et mobilisée pour le développement et l’amélioration de la place des femmes en sciences et en technologie. En 2000, elle est membre fondatrice de l'association Femmes & Sciences qui a pour but de promouvoir les femmes scientifiques dans leur carrière et d’inciter les jeunes, en particulier les jeunes filles, à s’engager dans les sciences et les techniques. https://www.femmesetsciences.fr/qui-sommes-nous

L’Institut de Mathématiques de Toulouse (IMT) regroupe toutes les équipes de recherche en Mathématiques, des plus théoriques aux plus appliquées. Au total plus de 500 personnels mais la part des femmes y est désespérément faible avec moins de 15% des effectifs dans les catégories Chercheur.ses/Enseignant.es-Chercheur.ses.

Sébastienne Guyot (1896-1941) - Ingénieure

Elle fait partie de la première promotion d'ingénieurs de l'Ecole Centrale ouverte aux femmes en 1918, où elle a choisi la spécialité Mécanique. Elle devient une aérodynaicienne réputée (6 brevets déposés en 7 ans), passionnée d'aviation elle pilote elle-même un avion léger et fait du sport à haut niveau. Elle s'engage dans la résistance mais arrêtée en 1940 elle meurt des suites de sa détention.

Elle a été décorée de la médaille de la Résistance à titre posthume ; son nom figure sur le monument aux morts de l’École Centrale

Les thématiques des Laboratoires de Physique et d'Ingénierie sont très variées, allant des nanotechnologies aux champs magnétiques intenses, en passant par la physique théorique, l’optique, les lasers et la matière condensée. En tout, plus de 400 personnes y enseignent et recherchent. Environ 20 à 25% de femmes sont représentées dans les catégories Chercheur.ses/Enseignant.es-Chercheur.ses.

Hélène Richard-Foy (1944-2007) - Biochimiste

Elle a débuté sa carrière en 1967 à Paris et après quelques années passées aux Etats-Unis (Maryland), elle est nommée directrice de recherche au CNRS en 1986. Elle arrive à Toulouse en 1993 où elle devient directrice du Laboratoire de Biologie Moléculaire Eucaryote puis de l’Institut d’Exploration Fonctionnelle des Génomes.

Elle a consacré sa carrière à la recherche sur le récepteur des œstrogènes et ses implications dans les mécanismes de cancerogénèse. Elle a joué un rôle important au sein du réseau Cancéropôle Grand Sud-Ouest.

La biologie est un domaine où les femmes sont bien représentées, jusqu’à 50-60% des effectifs des laboratoires. Cependant le nombre de femmes diminue lorsque l’on monte dans les niveaux de responsabilités à l’instar du Centre de Biologie Intégrative, au sein duquel sur un total de 37 équipes de recherche 26 sont dirigées par des Hommes (70%) et 11 par des Femmes (30%).

Marianne Grunberg-Manago (1921-2013) - Biochimiste

Après sa formation universitaire à Paris, c'est au cours de sonséjour post-doctoral aux Etats -Unis qu'elle découvre une enzyme, la Polynucléotide Phosphorylase ou PNPase, qui joue un rôle important dans la synthèse et la dégradation de l’ARN. Cette enzyme est à l'origine de la compréhension du code génétique, et va bouleverser la recherche sur l'hérédité.

Elle fait sa carrière à l’Institut de Biologie Physico-Chimique (IBPC) du CNRS à Paris.

Très charismatique, elle a beaucoup œuvré pour faire rayonner la science, en particulier en fondant l’école d’été internationale de biologie moléculaire de Spetses (Grèce).

M Grunberg-Manago est la seule femme a avoir présidé l’Académie des Sciences depuis sa création en 1699 (aujourd’hui parmi les 271 académiciens, on ne compte que 31 femmes)

Rose Dieng-Kuntz (1956-2008) - Informaticienne

Elle est la première femme africaine à intégrer l’École Polytechnique (X), en 1976. Spécialiste de l’intelligence artificielle, elle intègre en 1985 l'Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA). En 2005, elle se voit décerner le prix Irène Joliot-Curie de « la scientifique de l’année ». À l’origine des premiers algorithmes « intelligents » d’acquisition et de recherche de connaissances sur le web, elle a participé à l’émergence de ce qu’on appelle maintenant le « web sémantique » ou web 2.0 que l’on utilise quotidiennement Décédée prématurément à 52 ans, elle était très attachée à ses racines et à la promotion des étudiants africains…. et des étudiantEs en général en informatique !

L’institut de Recherche en Informatique de Toulouse. Ce bâtiment du campus est l’un des 6 sites du laboratoire, qui accueille plus de 800 personnes, dont environ 200 doctorants et post-doctorants. Les femmes représentent 30% des effectifs dans les catégories hercheur.ses/Enseignant.es-Chercheur.ses, ce qui est mieux que la moyenne nationale de cette discipline.

(*) C'est l'occasion de parler de l'effet Matilda, terme qui désigne le déni ou la minimisation récurrente de la contribution de femmes scientifiques à la recherche. Leur travail est souvent attribué à un de leurs collègues masculins ou à leur… mari! C’est l’historienne des sciences américaine Margareth Rossiter (1944-) qui baptisa en 1993 cet effet Matilda, rendant ainsi hommage à Matilda Joslyn Gage (1826-1898), une autrice américaine féministe et abolitionniste qui a traversé le 19e siècle en combattant toute forme d’oppression. Elle avait, entre autres, analysé comment les hommes s’attribuaient des pensées de femmes intellectuelles. D’après elle ce phénomène est décuplé quand il s’agit de femmes scientifiques.

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Visite de la plateforme Hydrogène, 18/11/2021

Visite de la plateforme Hydrogène, 18/11/2021

Toulouse , campus INPT le 18 novembre 2021Prévue de longue date et reportée pour raisons...

5 février 2022
Escapade à Figeac et ses environs 28/29/9/2021

Escapade à Figeac et ses environs 28/29/9/2021

Nous nous sommes retrouvés 25 membres de l’a3 Occitanie Ouest à 8h à Ramonville pour enfin...

3 février 2022
Visite du musée du Pastel : 17/06/2021

Visite du musée du Pastel : 17/06/2021

Pour retrouver les contacts un peu distendus par les restrictions imposées par la crise...

2 février 2022
Visite pédestre deToulouse le 26/3/2021

Visite pédestre deToulouse le 26/3/2021

Les contraintes sanitaires nous ont conduit à annuler ou reporter les évènements prévus mais...

26 mars 2021
          INITIATION à la LECTURE des HIEROGLYPHES

          INITIATION à la LECTURE des HIEROGLYPHES

présente parRichard TISSEYRE25 membres environ de notre association se sont retrouvés le Jeudi...

Yvan SEGUI
1 janvier 2021
                       SISMOLOGIE de la CHAÎNE PYRÉNÉENNE

                       SISMOLOGIE de la CHAÎNE PYRÉNÉENNE

Poursuivez ici selon votre inspiration...Visite de l’équipe Sismologie de l’Observatoire Midi...

Yvan SEGUI
15 septembre 2020